Beauxbatons

La campagne de Beauxbâtons est celle qui a le plus durée parmi les jeux de rôle auquel j’ai joué. J’ai piqué une bonne partie du système à Tu es un sorcier avant qu’il ne publie son jeu et je l’ai bricoler en cours de route. Mais je n’ai rien fais de fou en terme de mécanique, c’était surtout une forte dose d’improvisation.

Quand je réfléchis aux points positifs de ses parties, ils sont faciles à résumer : un grand bac-à-sable dans un univers connu, des PJ qui plaisent aux joueurs, des PNJ récurrents et reconnaissables et de grosses barres de rire.

Les joueurs avaient aussi le lead sur la narration (pour décrire leur chambre par ex.) ou des quêtes inventés par eux de toutes pièce (l’existence d’un mystérieux hangar à gateau caché quelque part).

Ils avaient aussi à leur disposition un plan du chateau qu’ils ont complété au fur et à mesure de leur déambulation avec des salles déjà déterminés et d’autres complétements inconnue.

L’une d’elle s’est révéler être un simple placard qui recéler un épouvantard mais comme l’un des élèves (qui avait peur de loup-garou) l’a vaillamment repousser, il est devenue une petite légende de 1ère année durant un mois pour avoir vaincu un loup-garou dans les couloirs du chateau.

Tous le monde autour de la table imaginaient bien les aventures de trois adolescents, dans un château énorme qui parle, pour apprendre des sorts et se réunissent dans leur salle secrète afin de comploter des idées tordus et totalement hors scripts. Des amorces de quêtes, un axe principal par année scolaire et c’est parti !

Pour cela quelques conseils dans : Comment écrire un scénario de jeu de rôle

Mes ressources de partie : chromagraphe.fr/beauxbatons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *